• Il y a un petit moment de flottement, puis la mère dit à un garde :

    « Champagne pour tous ! »

    Je vais devant le comptoir où une serveuse débouche une bouteille et remplit des coupes. J'en prends une et je vais devant la mère. Les yeux baissés et je lui tends. Ma soumission lui plaît. Elle met un pied sur une chaise voisine, en me disant :

    « Pas besoin de te faire un dessin? »

    Je me mets à genoux et je commence par embrasser ses pieds, puis je remonte lentement jusqu'à sa chatte. Je suce les grandes lèvres au goût légèrement salé, plonge ma langue dans son vagin à la saveur acide, puis tourne le bout de la langue autour du clito. Pour le moment, elle ne réagit pas, elle boit. Elle a l'air d'avoir un fameux self contrôle. On va voir... car en cuni, je suis bonne. Ma langue investit toute sa chatte, ma bouche suce, mes mains caressent...Aaah... enfin, une de ses cuisses a un tressaillement... c'est le début... puis imperceptiblement son bassin vient au-devant de ma langue... Je pense : toi, toute dure que tu sois, je vais te faire grimper aux rideaux... C'est mal la connaître, car elle me prend par les cheveux et me redresse la tête.

    Elle me sourit.

    « Pas trop mal, petite pute! »

    Elle se penche et m'embrasse sur la bouche qui a le goût de sa chatte. Puis elle lâche mes cheveux, me repousse et me dit de dégager.

     

     

    Autour de nous, ça dégénère, les gens baisent et se font sucer par des prisonnières et par les serveuses. Ils boivent du champagne... Une serveuse qui a renversé un verre se fait fouetter et crie... Sa mère a un programme en tête et elle s'adresse à son mari.

    « John, encule ta gouine de fille ! »

    ... silence...

    « Tu as entendu, John, je veux que tu l'encules. »

    « ... non, là tu vas trop loin... Me faire sucer c'est une chose mais la sodomiser, c'est trop glauque ! »

    La mére qui ne se démonte pas lance :

    « Bon puisque tu ne veux pas l'enculer, c'est un garde qui le fera ! » 

    La sodomie a du bon. Sa fille reste pucelle et de ce côté-là pas de risques de grossesse. Sa mère veut que sa fille en bave. Alors elle choisie le garde qui a une queue monstrueuse pour élargir sa fille qui du coup écarquille les yeux de terreur en voyant le monstre. Le garde se fa it un plaisir de lui défoncer l'anus, sans écouter les plaintes de la pauvre fille.

     

    La réaction des spectateurs est mitigée, les prisonnières sont pleines d'appréhension. Une grosse femme, bourrée, rit de bon cœur. Le père ne regarde pas, mais là, il n'a plus l'air d'accord du tout. Les gardiens sont... comment dire?  Admiratifs. Ils n'ont jamais vu une prisonnière traitée comme ça, par sa mère. Une fois que le gardien a éjaculé dessus, la mère baille comme blasée.

    « Elle pue! Emmène-la dehors et lave-la ! »

    Hani se lève et suit le gardien en laissant derrière elle, une traînée de sperme qui coule de son cul.

    La mère m'appelle. Je me précipite de peur de recevoir des coups de cette mégère. Elle me dit :

    « On va faire un câlin. »

    Elle se lève et se déshabille. Un des gardes siffle d'admiration, elle lui sourit. C'est vrai qu'elle est appétissante. Elle a de beaux seins lourds.   

    Elle se rassied et je vais me mettre à nouveau à genoux entre ses cuisses.

    J'embrasse sa chatte, mais elle me redresse la tête.

    « Tu as soif? »

    Elle boit un peu de champagne m'embrasse en partageant le champagne qu'elle a dans la bouche. C'est délicieux. Trop de douceur m'inquiéte. Les gens autour de nous discutent ou baisent... On fouette une serveuse qui a renversé un verre sur un invité. Elle crie et supplie... ça fait, "claac" - "aïe!", "claac" -  "aïe! pitié...", "claac" - " aïe! je l'ai pas fait esprèèès!"... ça fait un bruit de fond, genre orgie du temps de Caligula.

    Hani revient. Elle est nue, mouillée et propre.

    « Debout ! » Me dit la mère. Mais qu'est-ce qu'elle me veut??? Elle me caresse une hanche, puis les fesses.

    « Ça t'a plu de voir ta copine se faire chahuter? »

    Chahuter!! Elle a de ces mots! Qu'est-ce que je peux répondre ? Elle glisse la main entre mes cuisses et  deux doigts dans ma chatte.

    « T'es toute mouillée, donc, ça t'a plu? »

    Là, je suis coincée, autant dire la vérité, si elle veut me punir, elle le fera de toute façon.

    « Je trouve cruel tout ce que vous l'avez obligé à faire. Mais en même temps, ça m'a excité. »

    Elle rigole et en me prenant par la main, elle m'entraîne vers un divan. On s'allonge à côté d'Hani et de son père. On est couchée face à face, ses seins s'appuient sur  les miens. Sa bouche prend la mienne, sa langue me viole la bouche. Elle descend, embrasse mes seins, suce les bouts, les mordille. Elle revient vers ma bouche. Sa main investit mon sexe avec un mélange de douceur et de brutalité qui me chavire.

    « Tu  aimes ça petite salope ! »

    « Ooooh oui !!!!!! »

    Tout mon corps vibre et s'offre à elle. Je ne vais pas pouvoir tenir longtemps. Elle sort la langue de ma bouche pour me regarder dans les yeux. Elle pince mon clito entre le pouce et l'index, je me tortille sous cette caresse. De l'autre main, elle me pince le bout d'un sein. Là, j'atteins le point de non-retour. Je hurle ma jouissance dans un orgasme fulgurant.

     

    Et puis, je redescends sur terre. Je suis apaisée, étourdie. Les gens sont venus me regarder prendre un méga pied.

    « Alors heureuse, petite pute? » Me demande la mère.

    « Oui. Merci, Madame ! »

    Voilà, c'est la fin des visites, pour les parents d'Hani. Ils se lèvent, toujours nus. La mère discute avec des gardes et des visiteurs qui ont apprécié son imagination. Ils se rhabillent, saluent tout le monde et s'en vont. Un garde nous ramène dans nos quartiers. Je sens bien qu'Hani m'en veux d'avoir joui avec sa maire. Il nous boucle dans une petite cellule. Hani s'assied par terre, les bras enserrant ses genoux.

    « Faut qu'on parle, Hani, écoute... »

    « Ferme-là!! Grosse salope !! »

    On s'endort là plein d'idées noires dans la tête. Fatima ne vient nous chercher que le lendemain matin pour aller directement dans l'atelier. Hani épluche des crevettes et moi je suis la femelle de qui veut bien se servir de moi. Fin d'après-midi, les ouvrières s'en vont. On va enfin se retrouver et j'espère pouvoir m'expliquer avec Hani. Mais un garde arrive et nous demande de venir avec lui. On sort du bâtiment. Dehors un sulki nous attend. On ouvre grands les yeux. Ici pour tirer ce n'est pas un cheval, mais une fille. On nous met des œillères, un mors dans la bouche attaché à des rennes pour être dirigées. On nous met également des grelots à la taille, aux chevilles et aux poignets et pincés aux tétons.

     

    Les gardes nous attache aux charettes. Ils s'assoient et, crie, "hue", en nous donnant un coup de fouet sur les fesses des pouliches que nous sommes devenues. Nous poussons un petit cri. La voiture démarre. Nous sommes stimulée régulièrement par des coups de fouet. Nos cris se mêlent aux tintements des grelots. C'est trop la honte. Nous sommes à l'extérieur de l'enceinte carcérale et nous entrons en ville. Il y a des hôtels, un casino, des boîtes de nuit. Un moment, je n'en peux plus, je ralentis. Pas le temps de souffler que le garde m'envoie un méchant coup de fouet sur les seins. Je crie, "Aaaaaiiiiiee" et je cours!! Dans le bruit des grelots, les halètements et les claquements du fouet, on arrive enfin.

    On est devant un genre de saloon. Il y a des poteaux pour attacher les ponygirls. Il y en a plusieurs. Toutes ont des marques sur les fesses. Les gardes nous détache et on entre dans le bouge. Il y a un grand comptoir, des tables et des chaises, un piano. Un écriteau donne les tarifs des consommations. En dessous, il y a écrit "Fellation gratuite pour toute consommation." C'est sûrement pour ça qu'on est là.

     

     

    Il y a un pianiste qui commence à jouer. La patronne du bouge nous explique :

    « Vous servez à boire et vous vous laissez peloter. Les pipes sont gratuites mais si un client veut vous baiser, il doit payer et monter dans une chambre à l'étage. Pour toi Hani c'est le tabouret à pipe.»

    Devant sa tête d'ahurie, la patronne l'entraîne vers le bar. Là, elle découvre une série de tabourets devant, normal... Sauf que... en face de chaque tabouret, il y a une ouverture et la tête d'une fille qui dépasse.

     

    Les premiers clients arrivent et je sers des verres. Ils me pelotent et rentrent leurs doigts où ils veulent. Ils viennent prendre une cuite bon marché et se faire sucer gratuitement. Que demande le peuple? Comme je circule, je vois mieux comment fonctionne le bar du fond, quand un client est assis sur son tabouret, la fille qui est devant lui, a sa bite dans la bouche.

    Chaque client a droit à une fellation gratuite. Il reçoit un bon  à l'entrée, qu'il doit remettre à un grand Black baraqué, qui surveille les filles. Si, un client n'est pas satisfait, il le lui dit et la fille reçoit aussitôt cinq coups de fouet sur les fesses. Ça piaille ferme dans le fond et ça amuse tout le monde. Après une heure, on change les filles. Celles qui ont fini ont l'estomac plein de sperme et les fesses pleines de marques. Les clients sont de plus en plus bourrés... et ils ont les mains de plus en plus baladeuses. Je me débrouille bien avec les clients. J'ai déjà fait ça. Surtout quand il s'agit de se faire tripoter la chatte avec les clients.

    Je renverse un verre alors qu'un client enfonce brutalement 3 doigts dans ma chatte trempée.... Ouch!! Madame l'a vu.

    « Espèce d'idiote, tu n'es pas capable de servir un verre sans renverser, je vais t'apprendre moi! Penche-toi et met tes mains sur cette chaise ! »

    Elle lève sa cravache et me frappe en travers des fesses. Pas de toute sa force, mais la cravache, ça fait tout de suite vraiment mal. Elle frappe tout en me grondant :  

    « ffwwiii" "aïïïïe" "tiens! Souillon! ffwwiii" " aïïïïe" Conasse de blonde!ffwwiii" "aïïïïe" J'vais t'apprendre, moi ! ffwwiii" "aïïïïe" "encore une maladresse et tu vas au comptoir faire de pipe à la chaine comme ta pute de gouine Hani! ffwwiii" "aïïïïe" Sucer des bites... Ca, tu sais le faire??? ffwwiii" "aïïïïe!!!!" "t'as compris, la leçon chiennasse?! »

    « Ooooouuuuuiiiiiii!!!!! Ma..madaaame ! »

     

    Les gens sont ravis bien sûr... J'ai les yeux pleins de larmes et les fesses brûlantes, mais ici, ça amuse tout le monde. Chaque client, à qui j'apporte un verre,  y va de son petit commentaire en passant la main sur mes fesses. Un vieux couple m'appelle. Ils veulent voir et tâter mes fesses. Bon, le client est roi... Ils suivent les marques du doigt.

    « Jolies fesses ! » Me dit la femme en me pinçant.

    L'homme me demande :

    « Tu t'appelles, Michèle ? »

    « Euh... oui Monsieur! »

    Je suis surprise qu'il connaisse mon nom.    

    « Je viens de me faire sucer par ta copine Hani. »

    Il n'est pas le seul, il y a sans arrêt un mec qui a sa bite dans la bouche d'Hani.

    « On aime le sexe et se faire sucer par ces filles, c'est top. Dès qu'elle a fini son heure de fellation et d'avalage de sperme, on va dans une chambre avec elle et toi. »

    C'est la fin de l'heure pour Hani, on remplace les filles.

    Elles vont se laver et Hani revient sans aucun enthousiasme. Le vieux lui dit :

    « Je tenais à te féliciter.Tu suces bien pour une gouine! »

    Là, elle devient toute rouge. Les gens de la table d'à côté se marrent.

    La vieille rajoute :

    « Avec ta copine, il paraît que vous êtes les reines du cuni. Je vais vous essayer toutes les deux. »

    À ce moment on entend des éclats de voix. Près du comptoir un homme engueule la patronne et ça se termine par une paire de gifles qu'elle n'essaye pas de parer. Il gueule :

    « J'vais t'montrer qu'elle est ta vraie place, salope ! »

    Elle pleurniche.

    « Je ne savais pas Maître, pardon. »

    « A poil putain ! »

    Tout le monde regarde. Cette belle rousse si fière et si arrogante, qui prend tant de plaisir à fouetter et à humilier son personnel, c'est à son tour d'y passer. Elle enlève sa robe à toute vitesse comme une vulgaire soumise. Elle est belle ; des seins en poires, une taille mince et des fesses rondes. Sa peau est très blanche, ce qui la fait paraître encore plus nue et plus vulnérable. Elle tremble en attendant la décision de son maître.

     

    La belle rousse est nue, elle attend qu'on décide de sa punition.

    Où est-elle, est la maîtresse qui prenait plaisir à humilier et a fouetter les serveuses??

    Comme les autres serveuses, je suis passionnée par ce qui se passe.

    L'homme lui montre le fond du saloon du doigt et la punition tombe.

    « Une heure à faire des pipes et à te remplir de sperme ! Ca va te remettre les idées en place! Et estime-toi heureuse, que je ne te fouette pas sur la place publique ! »

    « Merci Maître. »

    Elle se dirige tout de suite vers le bar à pipe, sous les regards des serveuses ravies, et des clients, goguenards. Les clients du comptoir du fond ont sorti leurs bites de la bouche des filles qui se trouvent devant eux. Il y a déjà une file pour se faire sucer par la patronne.

    J'assiste ravie au ballet des queues dans la bouche de la patronne soumise. Les éjaculations et les queues se suivent. Du sperme déborde de sa bouche et dégouline sur ses seins. Son rimmel coule sous l'effet de ces multiples queues qu'elle prend parfois violemment en gorges profonde.

    Le couple de vieux nous dit :

    « Maintenant, on va dans une chambre ! »

    Le vieux va parler au type qui a pris la place de la patronne. Il lui donne un billet pour la chambre. »

    Quand on passe près de lui, il nous prend par le bras Hani et moi. Il approche son visage des nôtres et dit :

    « Je veux que ces clients soient parfaitement satisfaits de vous deux, sinon vous allez passer un moment pas très agréable. »

    La chambre à l'arrière du bâtiment est affublée de deux lits en fer et de matériel de punition. Ils ont pris une bouteille de cognac. Ils boivent à la bouteille et nous en propose. Hani refuse, mais moi j'avale une bonne lampée pour me donner du courage. La vielle s'assoit sur le bord du lit et me fait signe d'approcher. Elle a une haleine qui sent l'alcool, tant mieux. Elle me caresse la chatte, me fait des compliments.

    « Tu as des belles fesses... Ooh, tu es toute mouillée... ça t'excite petite salope ! »

    Elle me plonge sa langue dans le cul en me disant :

    « On va d'abord regarder Hani avec mon mari. »

    Le pépé est couché sur le dos. Hani est couchée sur lui. Hani commence à être bien dressée. Elle a fermé les yeux et rend le baiser du vieux vicieux. Elle me semble encore plus belle, couchée sur le vieux. Ses fesses sont striées de marques rouges. Le pépé lui dit :

    « Suce-moi ma belle pute ! »

    Elle descend et lèche les téton du vieux. Puis elle va s'agenouiller

    entre ses jambes. La belle bouche d'Hani suçant cette bite m'excite.

     

     La grand-mère me dit :

    « Montre-moi ce que tu sais faire avec ta langue. »

    Elle prend un sein dans la main et me le tend. Je suce le bout. Faut que je fasse ça bien. Je prends des initiatives, je suce l'autre sein flasque. Je descends vers son ventre. Je m'arrête sur son nombril.  J'enfonce ma langue. Puis, j'arrive à sa chatte. J'embrasse toute cette chair molle et mouillée. Je suce les grandes lèvres, j'en ai plein la bouche. La grand-mère me caresse les cheveux.

    « Oui, ma jolie salope, lèche bien grand-maman... »

    Je suce son clitoris, c'est comme si je faisais une pipe à un mec monté fin. Elle m'arrête.

    « Couche-toi sur le dos, on va faire 69. »

    Elle se met à quatre pattes au-dessus de moi, le bout de ses seins flasques frôle mon ventre. J'ai le nez dans sa chatte. De son côté, elle me lèche goulûment la chatte. Elle geint de plaisir et moi aussi. Elle prend mon clito en bouche et le mordille. C'est bon!! Je suis sur le point de décoller.

    Pépé lance :

    « On change, ma chérie ! »

    La grand-mère répond :

    « D'accord, mon canard. »

    Ah putain!! Alors que j'étais sur le point de jouir. Elle me donne une claque sur les fesses.

    « Va t'occuper de grand papa! »

    J'étais tellement prête de jouir que, j'en ai mal au bas-ventre. Elle s'assoit dans le lit et Hani vient se mettre entre ses vieilles cuisses.

    Moi, je me fait enculer par pépé. Il a du répondant l'ancien. Il enfonce son sexe en moi. Ouch!! J'ai le feu au cul et ça fait du bien! D'autant qu'en levrette, je peux imaginer que c'est le prince charmant qui m'encule. Il n'est pas le premier et il ne manque pas de me le faire remarquer.

    « Dis donc, ton cul, c'est une bouche de métro ! On pourrait t'enculer à plusieurs!! »

    Il baise bien, le vieux, un bon rythme.

    Je jouis en même temps que lui. Il sort de mon cul qui dégouline de son sperme. Je suis apaisée. On se repose un peu. On entend régulièrement des cris qui viennent du saloon, une serveuse maladroite ou une suceuse pas assez appliquée... qui se fait corriger. On se rhabille et on retourne dans le bar, sans trop d'appréhension, certaines qu'ils sont très contents de nous. Hélas, on a oublié qu'ils étaient des pervers. On a passé plus d'une heure dans la chambre et quand on arrive dans le saloon, la belle rousse est rhabillée et a retrouvé toute son arrogance. Elle a les yeux un peu cernés, une heure a sucer des mecs et à avaler du sperme en se faisant fouetter, ça fatigue. Le gars qui l'a punie est toujours là, attablé avec deux hommes, une serveuse sur les genoux. La rousse demande aux grands-parents :

    « Satisfaits des filles? »

    « Pas vraiment...Il a fallu les menacer du fouet, pour qu'elles daignent mettre un peu de cœur à l'ouvrage. » Dit la grand-mère en nous regardant avec perversité.

    Quelle vieille garce!!! Le grand-père approuve.

    « Elles ne sont pas encore assez bien dressées ces gamines... »

    La rousse a un méchant sourire.

    « Je vais les faire attacher et les faire fouter durant une heure par les clients ! »

    « Très bonne idée ! » répondent-ils en cœur.

    Quand ils sont partis et comme, j'ai à nouveau la langue plus longue que la jugeote, je dis à la rousse :

    « Ils mentent, Madame, ils étaient très contents de nos services ! »

    Ouch!! Je prends une gifle magistrale sur la joue.

    « On t'a demandé ton avis?? »

    Quand apprendrai-je à la fermer???? Les clients font cercle autour de nous. La rousse va discuter avec le Black et ils reviennent avec des fouets. Ils nous attachent. Il lève leurs fouets ensemble et on reçoit des coups de lanières sur les cuisses, le dos, les seins et les mollets. On pousse des cris en levant les jambes l'une après l'autre, comme si on était sur une plaque brûlante. On danse, effectivement, accrochées à une poutre du plafond.

    « Ça leur fait du bien, un peu d'exercice! » Dit un client. Rires!

    Enfin, la rousse s'arrête, essoufflée. On a le corps couverts de marques rouges. On nous libère. Il est tard. C'est la fermeture du saloon. Dehors, il fait noir. La rousse demande à un client si il peut nous ramener.

    « Fais les courir avec la charrette! »

    Le gars ne nous harnache et nous voilà, épuisées, meurtries à tirer la charrette au trot.

    Le lendemain, les gardes rigolent en voyant les traces de fouet sur nos corps. Fatima a une nouvelle pour Hani.

    « Samedi, c'est ton dépucelage...devant tes parents en séance publique ! »

    Hani a une crise de larmes, je comprends ça... Ici tout est à craindre.

    aucun commentaire
  • aucun commentaire
  • 1 commentaire
  • aucun commentaire
  • aucun commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique